• Ma Passion " Les Loups " il y a bien longtemps que je n'avais pas fais d'article sur eux !

    Vidéo : du Klan des Loups
     (pour en savoir plus, clic) →  La Meute des Druides par leklanduloup

     
    La Meute des Druides par leklanduloup

    * * * * *

    Un loup doit chasser, c'est sa seule survie. La viande rouge est son élément vital, et le mâle alpha doit la fournir à sa troupe. Mais ceci n'est pas son histoire ; c'est celle du destin épique d'une louve. Nous la suivons dans son extraordinaire ascension jusqu'à devenir meneuse de troupe, surmontant d'incroyables défis pour créer l'une des meutes de loups les plus légendaires du parc de Yellowstone. Malgré un destin tragique, elle laissera derrière elle une famille puissante et un héritage durable

    ♥ ... LOUPS MA PASSION... ♥

    Ma passion, une pure Merveille de la Nature.  

    Ma Passion, une pure merveille de la Nature

    Couple Alpha    Uni pour la vie

     


    12 commentaires
  • Voici ce que votre chien pense réellement de vous. Cela risque de vous toucher profondément.

    Nous avons tous conscience de l’affection que les chiens ont pour nous.
    Ils nous câlinent, et nous réconfortent lorsque nous en avons le plus besoin.

    Mais vous êtes-vous jamais demandé à quoi pensaient les chiens, quand ils nous regardent ?

    A quoi pensent  t'ils

     

    Pour vous en donner une petite idée, continuez votre lecture, et découvrez ce que, selon nous, votre chien pense vraiment de vous.

    " Je suis ton chien, et j’aimerais bien te murmurer quelque chose à l’oreille ; je sais que vous autres humains menez une vie très remplie. Certains travaillent, d’autres élèvent leurs enfants. Vous donnez toujours l’impression de courir dans tous les sens, bien souvent sans prêter attention autour de vous, et sans profiter des plaisirs de la vie. "

     

    Regarde-moi, en bas, alors que tu es assis devant ton ordinateur. Est-ce que tu vois mes grands yeux sombres qui te regardent ? Ils sont de moins en moins clairs, désormais. C’est un effet de l’âge. Je commence à avoir des poils gris autour de mon doux museau. Tu me souris ; je peux voir l’amour dans ton regard. Que vois-tu dans le mien ? Est-ce que tu vois une âme ? Une âme en moi, qui t’aime comme personne d’autre ne le pourra jamais ? Un esprit qui te pardonnerait tous tes crimes pour passer quelques instants avec toi ?

    Regarde moi.....

     

    C’est tout ce que je te demande ; ralentis un peu, ne serait-ce que pour passer quelques minutes avec moi. Très souvent, tu as été ému en lisant, sur ton écran, l’annonce de la mort d’autres membres de ma race. Parfois nous mourrons jeunes et rapidement, parfois même tellement brusquement que cela te brise le cœur. Parfois, nous vieillissons si lentement en ta compagnie que tu ne sembles même pas t’en apercevoir avant qu’il ne soit trop tard, et que nous te regardions, avec notre museau grisonnant et nos yeux aveuglés par la cataracte. Mais notre affection est toujours bel et bien là, même lorsque nous devons te faire nos adieux, et partir courir, enfin libres, dans ce pays très lointain et imaginaire.

     

    Je ne serai peut-être plus là demain ; je ne serai peut-être plus là la semaine prochaine. Un jour, tu pleureras toutes les larmes de ton corps, celles que les humains versent lorsqu’ils sont bouleversés, et tu te maudiras de ne pas avoir pu passer « une journée de plus » en ma compagnie.

     

    Comme je t’aime énormément, ta tristesse me touche et me blesse. Nous sommes ensemble, MAINTENANT. Alors approche-toi, assieds-toi près de moi sur le sol, et regarde-moi bien dans les yeux. Qu’est-ce que tu vois ? Si tu regardes avec attention, nous pourrons échanger, toi et moi, à cœur ouvert.

     

    Ne t’adresse pas à moi comme un mâle dominant, un dresseur, ou même un maître/une maîtresse ; considère-moi comme une autre âme vivante, caresse mon pelage, regardons-nous dans les yeux, et parlons. Je te raconterai peut-être à quel point il est amusant de courir après une balle de tennis, ou bien te dirai-je quelque chose de profond à mon sujet, ou bien au sujet de la vie en général.

     

    Tu as décidé de m’avoir dans ta vie, car tu voulais avoir quelqu’un avec qui partager ce genre de choses. Quelqu’un de très différent de toi… et je suis là.

     

    Je suis un chien, mais je suis un être vivant à part entière. Je ressens des émotions, j’ai des sens physiques, et j’adore les différences qui existent entre toi et moi. Je ne te vois pas comme un « chien sur deux pattes » – je sais ce que tu es. Tu es un humain, avec toutes les bizarreries que cela implique, et pourtant je t’aime quand même.

     

    Maintenant, assieds-toi par terre à mes côtés. Entre dans mon monde, et laissons le temps ralentir pendant au moins 15 minutes. Regarde-moi droit dans les yeux, et murmure dans mes oreilles.

     

    Parle-moi avec ton cœur, avec ta joie, et je connaîtrai alors ton moi profond. Demain ne viendra peut-être jamais, et la vie est beaucoup trop courte.

     

    Alors je t’en prie, assieds-toi à mes côtés, et partageons ces moments précieux qui nous restent à vivre ensemble.

     

    Avec tout mon amour,
    Ton Chien.

    Regarde moi, parle moi je te comprend et je partage tout avec toi

     

    Je passe un temps fou avec mes deux louloutes, chaque instant m'est précieux, et quand le regard devient fixe ... je sais  ce qu'elles veulent, autant l'une que l'autre.

    Lady et Ibis : Là je sais que c'est l'heure de la balade, Ma joie de vivre au quotidien, elles sont mes Amours ♥ ♥

    Lady et Ibis

     


    24 commentaires
  • Légende de la coccinelle

    Cette histoire m'a été envoyé par mon amie ►►  Nays Merci.

    Coccinelles

    Les coccinelles sont appelées familièrement «les bêtes à bon Dieu». Ce surnom est tiré d’une légende remontant au Xe siècle.

    L’histoire raconte qu’au Moyen-Age, un homme a été accusé d’un crime qu’il n’avait pas commis. Condamné à mort pour ce meurtre commis à Paris,cet homme, qui clamait son innocence, a dû son salut à la présence du petit insecte.


    En effet, le jour de son exécution publique, le condamné devait avoir la tête tranchée.

    Mais une coccinelle se posa sur son cou.


    Aussi le bourreau enleva la coccinelle très délicatement et releva sa hache afin de trancher le cou du jeune homme. Quelle ne fut pas alors sa surprise lorsqu’il constata que la coccinelle était de retour sur le cou du pauvre jeune homme !

     

    Le bourreau eut beau insister, mais la coccinelle était obstinée, à tel point que le roi d’alors (Robert le Pieux) intervint, considérant que l’événement était un miracle et que la coccinelle accomplissait là une mission divine.

    Robert II


    Le roi Robert II (972-1031) décida de gracier l’homme. Quelques jours plus tard, le vrai meurtrier fut retrouvé. Les spectateurs persuadés que le Tout-Puissant avait envoyé la coccinelle pour sauver cet innocent, lui donnèrent le nom de « Bête à Bon Dieu ».



    Dès lors les gens de Paris parlaient de la « bête du bon Dieu » et plus personne n’aurait écrasé ce petit insecte au risque de commettre un sacrilège.


    Aujourd’hui, la coccinelle est connue pour porter chance et est la meilleure amie des jardiniers! Cette histoire s’est très vite répandue et la coccinelle fut dès lors considérée comme un porte-bonheur.

     

     


    28 commentaires
  • Siphonophore ! . . .  Qu'est ce que c'est ? 

    Ce n'est pas une méduse. Ce n'est pas un animal !

    C'est une colonie de milliers d'animaux. 

    Des micro-organismes marins qui s'unissent, pour former un super-organisme.
    La relation entre l'individu et la colonie est la même qu'entre une cellule et un corps : Chaque individu est biologiquement spécialisé, pour venir former une partie précise de la structure de la colonie.

    L'une d'entre-elles, "le flotteur", une poche remplie de gaz, qui permet à la colonie de se déplacer en se laissant dériver.

    En dessous, des tentacules qui peuvent mesurer jusqu'à 50 mètres de long. Tout poisson qui entrera en contact avec elles, sera tué puis lentement digéré, car ses tentacules sont incroyablement venimeuses.

     

     

    Si elles ne sont pas mortelles pour un être humain, elles restent extrêmement douloureuses. 

    Mais il y a quand même des prédateurs, comme le Glaucus Atlantique. Article ICI

    Glaucus Atlanticus

     

    SI  VOUS EN VOYEZ UNE, N'Y TOUCHER SURTOUT PAS . 

     


    14 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires